Les sept caractéristiques d’un paysage éducatif

Toute forme de coopération n’est pas forcément assimilable à un paysage éducatif. Qu’est-ce qui fait donc d’un réseau un paysage éducatif? Nous avons défini sept caractéristiques.

L’enfant au centre: priorité à l’enfant: dans un paysage éducatif, l’enfant est au centre des préoccupations. Il en va des enfants, et non des institutions ou des acteurs du monde éducatif. Tous les enfants et adolescents doivent pouvoir bénéficier de conditions équitables pour obtenir une formation complète et pour développer tout leur potentiel. Un paysage éducatif permet d’accompagner chaque enfant, afin qu’il n’existe aucune rupture dans son parcours éducatif individuel.

En réseau: le plus grand nombre possible de personnes et d’institutions contribuant à l’éducation des enfants se constituent en réseau. Elles le font de manière systématique en unissant leurs efforts et en collaborant sur un pied d’égalité. Leur objectif est toujours d’œuvrer à l’encouragement des enfants. La constitution du réseau s’effectue à la fois de manière horizontale et verticale, afin qu’elles soient en mesure d’accompagner efficacement les enfants, en particulier lors de la transition entre deux niveaux éducatifs.

Appui politique: un paysage éducatif concerne toute la commune. Il est donc important que les autorités politiques et administratives lui accordent leur soutien. Tout projet visant à encourager les enfants, à mettre en place un paysage éducatif et à financer ce dernier à long terme, est dépendant de la volonté politique de la commune.

Centrage sur les objectifs: dans un paysage éducatif, tous les acteurs poursuivent les mêmes objectifs et tirent à la même corde.

Formel, non-formel, informel: tout cadre de vie est source d’enseignement, que ce soit l’école (éducation formelle), les milieux associatifs (éducation non formelle) ou le cercle familial et les expériences de la vie quotidienne (éducation informelle). Tout paysage éducatif repose sur ce principe. Ainsi, les intervenants d’un tel paysage encouragent autant les compétences sociales et émotionnelles d’un enfant que ses facultés cognitives.

Approche professionnelle: étant donné que diverses personnes et institutions prennent part à un paysage éducatif, il est impératif qu’une bonne coordination soit mise en place. Concrètement, un professionnel ayant une bonne formation jouera, à cet égard, le rôle d’un pivot autour duquel s’articuleront toutes les actions des intervenants.

Long terme: un paysage éducatif n’est pas un projet temporaire; au contraire, il s’agit d’un réseau aménagé pour durer. Mettre en place un système permettant de donner à chaque enfant un soutien adapté à ses besoins pour qu’il obtienne une éducation complète n’est pas une entreprise qui se réalise d’un jour à l’autre. Les effets positifs sur l’enfant ne peuvent être observés qu’après plusieurs années.